L'affiche des fêtes 2012

 

Jean-Marie Vignau est le lauréat du concours de l’affiche des fêtes de Bibi. Président de la Tipitto banda et peintre à ses heures, il a illustré les fêtes à travers la tamborrada des enfants dans un camaïeu de bleu (la couleur de Bibi) tranchant avec l’ocre des titres.

Ce natif de la rue Peyroloubilh a passé son enfance dans le quartier Beaurivage et est fier aujourd’hui de marcher dans les pas d’Aski.


Rois du mus

C’est en préambule des fêtes qu’a eu lieu, à Latsarria, le championnat de mus. Et ce sont les Charriton, aita seme, (père et fils) qui ont remporté le concours devant Christiane et Paxkal des 3 Salsas. A noter que pour la finale, Paxkal blessé a dû laisser sa place à Michel Dublanc, remplaçant de luxe. Score final : 3 manches à 1.
Les vainqueurs repartent avec la boina.


Soixante-cinq à La Côte

Malgré des conditions météo peu favorables la IIIéme édition de « La Côte », la course pédestre co-organisée par le quartier Bibi et le Biarritz Olympique a rassemblé 65 participants.

 

Voici le palmarès 2012. 

Homme :

1er – Anthony Zarra ( Aviron Bayonnais) - 35 '14'' ;

2ème – Daniel Mehats (Pays Basque Athlétisme) 39'17''.

 

Femme :

1ère – Virginie Condret (BO Athlétisme) 46'15'' ;

2ème – Alexias Barthe (Mimizan) 49'04''.

 

Le plus jeune : Guillaume Diaz (PBA) 51'04''.

Le plus ancien : Jean-Fernand Maurice 1 h 04 '.


Des pirogues séduisantes

Toujours dans le cadre des nouveautés de l’année figure la course de pirogues hawaïennes organisée par le comité des fêtes avec Outrigger Organisation et Woo et plus particulièrement l’engagement de Christophe Amestoy et Guy Ringrave.

Une vingtaine de rameurs ont essuyé les plâtres si l’on peut dire s’agissant d’affronter un océan sensiblement agité sous un ciel nettement plombé.

Une épreuve qui outre le sens marin demande aussi quelques belles qualités d’endurance car la rame devient de plus en plus lourde au fil des quinze kilomètres de l’épreuve. Laquelle était disputée sur une boucle tracée entre le Port-Vieux et Ilbarritz à parcourir trois fois. Malgré cela les participants sont parfaitement déterminés à revenir l’an prochain si la même course est organisée. Et ils espèrent bien avoir été des pionniers entraînant d’autres adeptes dans leur sillage.

Il y a quand même eu un classement avec remise de trophées.

 

Voici le palmarès.

OC1: 1.Rico Leroy ; 2.Bertrand Baechler ; 3.Pierre Gelle.

OC2 : 1. François Xavier Maurin et Damien Troquenet .



Le "gastro" à La Négresse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme toujours le concours gastronomique est très suivi lors des fêtes et le jury a fort à faire pour désigner le vainqueurs de l’année. Rappelons que le thème de l’année était les « beignets de morue sur coulis de tomate ». Dix équipes avaient été présélectionnées.

 

Voici le podium (photo) :

1. La Négresse ;

2. Ikastola ;

3. Marbella Surf Club.

 

Toujours côté table, Bibi avait inové en lançant cette année un concours de tortillas de patatas. Et c’est Danièle Renauleaud qui a eu les faveurs du jury.

 


La Boïna d'honneur

Fort opportunément abrité des caprices du ciel le repas des fêtes a encore connu un énorme succès d'abord grâce à la présence de plus de 650 convives mais aussi en raison de la formidable ambiance qui a présidé aux agapes. Avec deux atouts essentiels.

D'abord les cuisiniers, l'équipe du zikiro, et tous ceux, bénévoles qui de l'arrière cuisine au service en salle, ont oeuvré avec qualité et enthousiasme au service de tous.

Ensuite grâce à l'apport insidpensable de Panpi Laduche et de ses musiciens. Panpi est unique dans son pouvoir de soulever les foules et de les emporter dans des farandoles endiablées mais aussi dans cette sorte de magnétisme qui fait de l'ensemble des participants autant de choristes. Il y a eu notamment une "Tantina de Burgos" de feu, toute la salle reprenant le célèbre refrain.

Avec en prime un moment fort: la remise de la Boïna d'honneur 2012. Le secret avait été très bien gardé et c'est tout surpris que le lauréat de l'année, Iñaki Urtizberea, est monté sur la scène. Il était très ému au moment de recevoir le grand béret après qu'il eût été précisé que l'élection avait été faite à l'unanimité du conseil de quartier. Il est vrai qu'Iñaki, le chef du choeur Oldarra, a toujours répondu présent pour les fêtes de Bibi que ce soit avec son txistu ou avec ses complices chanteurs du célèbre choeur biarrot. Il est notamment l'un des piliers du désormais traditionnel concert d'ouverture, Gora Bibi, à Saint-Martin. En plus cette année il a composé un hymne pour Bibi.

Et quelle ne fût pas sa surprise de voir ariver, pour célébrer avec lui la Boïna, une quinzaine de chanteurs d'Oldarra.Les larmes n'étaient pas loin. Il y en aura d'autres sans doute quand il s'agira de fêter ses 40 ans à la direction d'Oldarra. Ce sera cet automne.


La tanborrada du coeur

Parmi les innovations 2012, celle du cœur était bien le lancement de cette danborrada des écoliers du quartier. Car cette initiative est chargée de signification quant à la vie profonde et à la culture de Bibi-Beaurivage. On se souvient que les enfants ont travaillé avec assiduité depuis le début de l’année autour de Jean-Claude Larzabal et d’Oscar Fernandez pour cette sortie du premier mai au cœur de la fête en compagnie de la Ttipitto Banda. 

On a eu quelques craintes venues du ciel mauvais mais le défilé s’en est sorti avec quelques maigres gouttes seulement qui ‘ont pas douché l’enthousiasme des petites têtes blondes. Avec beaucoup d’application quatre-vingts jeunes tambours (garçons et filles) ont parcouru fièrement les rues principales du quartier se taillant au passage un joli succès. Cela va beaucoup parler dans les cours de récréation. 

Si un goûter servi sous le chapiteau a clôturé cette journée on peut penser que ces écoliers auront l’occasion de retrouver les baguettes. Le souhait a été exprimé en effet que cette initiative ne soit pas sans lendemain. Cela pose quelques problèmes logistiques mais gageons qu’ils seront résolus.


Les meilleures choses ont une fin. En ce mardi soir 1er mai à 20 heures le président Peio Claverie mis la bandera de Bibi en berne mettant un point final aux fêtes 2012. Une petite cérémonie célébrée en présence des Boïnas d'honneur qui est une sorte de "pobre de mi" en miniature car il y a avait du monde encore sur la place Pradier. Et beaucoup de regrets. Que les festayres se consolent: on recommence autour du 1er mai 2013.